Jeux de billes
Par

Les jeux de billes

Très en vogue pendant la période estivale, les jeux de billes étaient variés. Tout d'abord, il fallait choisir un terrain approprié. La préférence allait aux trottoirs en terre battue que l'on damait avec les pieds de façon à obtenir une surface la plus lisse possible.

Billes
Billes

Les billes étaient en verre, de coloris différents. La préférence allait souvent à une bille blanche striée de lignes rouges. Cette bille, très utilisée était surnommée la « Tchiqueuse ». Pourquoi ce surnom ! Tout simplement cette bille que l'on maintenait entre le pouce et l'index, projetée vers une autre bille. Au contact avec cette dernière, un claquement s'entendait plus ou moins fort suivant la force avec laquelle on expédiait la bille. Cela correspondait à peu près à « tchic ».

Un jeu d'ailleurs consistait à « tchiquer » la bille d'un concurrent. Ce jeu se jouait à deux. Tout d'abord avec le talon de la chaussure on creusait un petit trou dans la terre. Ce trou s'appelait le « fot ». Ensuite les deux joueurs se mettaient à une certaine distance du « fot ». Le jeu était en fait un match poursuite entre les adversaires jusqu'à ce qu'un des deux se fasse « tchiquer » par l'autre. Mais la première chose à effectuer dans ce jeu était de lancer sa bille dans le « fot ». En cas de réussite, on obtenait une « aspagne » c'est-à-dire une distance comprise entre le pouce et l'index, la main placée à plat sur le sol, doigts écartés. Cette « aspagne » était très importante, car l'adversaire que la possédait pouvait, au départ du « fot », placer son « aspagne » et se rapprocher de la bille de l'adversaire pour mieux la « tchiquer ». 

Le jeu en carré

Toujours sur le même « billodrome », mais en ayant soin de combler le « fot », on trace un carré d'environ 10 centimètres de côté. Plusieurs joueurs sont en lice. Chacun pose une bille sur le carré (dans les coins, à l'intérieur, sur les lignes de côté). Ensuite on désigne au sort celui qui va débuter. Très important d'être le premier, car avec sa « tchiqueuse », s'il est adroit, il peut (cela s'est déjà vu) sortir toutes les billes du carré et empocher la mise au nez et à la barbe des autres joueurs. Car dès qu'il avait « tchiqué » une bille du carré, il pouvait continuer à jouer.

Le tour de France

Réaliser un circuit routier avec des lignes droites, courbes et si possibles avec des montées et des descentes. Le but du jeu est d'imiter, au moyen de billes, les coureurs cyclistes. Il y a un départ et une arrivée. A chacun son tour, les joueurs lancent leur bille dans les limites du tracé. En cas de sortie, on passe un tour. Pour faire compliqué, on fait ajouter une variante en « tchiquant » un adversaire gênant.

Le vélodrome

Même type de jeu que le précédant. Le vélodrome était réalisé avec de l'argile que l'on tassait avec les mains tout en soignant les droites et les virages relevés. Il était bien entendu nécessaire d'attendre le séchage de l'argile avant de jouer.

Jean de la Marck

Paru en brochure

Ce récit a été publié au sein de la brochure Sainte-Walburge et environs au XXe siècle - Cent ans de vie quotidienne en page 64.
Couverture de la brochure Sainte-Walburge et environs au XXe siècle - Cent ans de vie quotidienne